27 juillet 2017

Le jour où la France prit conscience qu'elle était une nation

(La bataille de Bouvines.
Tableau peint par Horace Vernet-
Gallerie des batailles-Château de Versailles)


Le 27 juillet 1214, la France remporte une victoire contre son ennemi juré, l'Angleterre, qui restera célèbre, sous le nom de bataille de Bouvines.

Les Plantagenêts, sont à l'époque à la tête d'un empire qui va de la Guyenne jusqu'à la Normandie et bien sûr, l'Angleterre.

C'est à partir de ce moment et pour la première fois, que notre pays, prend conscience de son unité. Non seulement, la chevalerie, habituée au combat, vient au secours de son roi, mais les milices communales et les paroisses d'un certain nombre de provinces, ont raison de l'armée anglaise et de ses alliés.

La Normandie est rattachée à la couronne. Le roi Philippe est surnommé Auguste, par toute l'Europe, d'alors, ce qui signifie le conquérant, l'héritier de Rome.

Ce jour, pourrait être choisi comme fête nationale, plutôt que le 14 juillet. Ce n'est que mon avis, mais je le donne quand même. C'est ce jour de dimanche 27 juillet 1214, que la France naît réellement. En tout cas, elle prend conscience, qu'au-delà de ses particularismes légitimes, elle a un destin commun.

26 juillet 2017

Citation du jour


" L'humanité ne produit des optimistes que lorsqu'elle a cessé de produire des heureux"

G.K Chesterton (1874-1936).

24 juillet 2017

Préférons l'original à la copie

Les français ont voté Emmanuel Macron. Ce dernier, voulait redresser la fonction présidentielle par rapport à ses prédécesseurs et j'en fût fort aise. Mais lorsque je vois ce qu'il en fait depuis son élection, je suis fort marri.

Alors, même si je sais que mon audience est quasi inaudible sur le net, je dis à nos compatriotes: "préférez, l'original à la copie"

Macron se veut, gaullien, napoléonien, ou capétien, que sais-je encore, mais il n'est qu'un chef de parti comme tous ceux qui l'ont précédés.
A la France, il faut un roi, elle se défait sans roi, comme le disait, un vieux chant royaliste de la première moitié du XXe siècle.

Notre "Jupiter" national, ferait bien de méditer la fable de Jean de la Fontaine: "La grenouille et le bœuf":

"Une grenouille vit un bœuf
qui lui sembla de bonne taille.
Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un œuf.
Envieuse, s'étend, et s'enfle et se travaille,
pour égaler l'animal en grosseur,
disant: "Regardez bien ma sœur;
Est-ce assez ? Dites-moi, n'y suis-je point encore ?
- Nenni.-
- M'y voici donc ?
- Point du tout
.- M'y voilà ?
- Vous n'en approchez point. La chétive pécore
s'enfla si bien qu'elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont plus sages:
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
tout petit prince à des ambassadeurs,
tout marquis veut avoir des pages."

Peut-être reviendra-t-il à plus de sagesse ? Je le souhaite, non pour moi, mais pour mon pays, qui va de Charybde en Scylla, depuis qu'il a coupé la tête à son roi.

23 juillet 2017

Clip du dimanche


Comme je vous sais nombreux, souffrants sous la chaleur et la sécheresse, en ce dimanche, je vous offre une chanson de Zaz, intitulée "La pluie".

A défaut de voir tomber la pluie (en Normandie, elle tombe), nous pouvons écouter cette balade, rafraîchissante:


21 juillet 2017


"La rose est sans pourquoi".
( Angelus Silesius 1624-1677)