lundi 31 juillet 2017

Ginette, tu m'remets encore un peu de crème solaire

Ah, les plages ! N'est-ce pas l'endroit où les corps s'étalent de façon nonchalante sur le sable ?

On y croise, des jeunes, des vieux, des moches et d'autres un peu moins. Un microcosme de notre société.

Je n'ai jamais bien compris l'intérêt de rester une journée entière à griller sa couenne au soleil d'été. D'autant que ce sont les mêmes, qui se plaignent de la promiscuité, à laquelle ils sont contraints, tous les jours de l'année dans leur barre HLM.

Combien sont-ils au mètre carré ? Les corps enduits de crème solaire se touchent sans qu'ils n'y trouvent à redire. A quelques centimètres de vous, un couple jouent au beach volley, vous couvrant de sable, par la même occasion. A votre droite, un gros bedonnant, écoute sa radio si fort, que vous ne vous entendez plus penser.

Il paraît que c'est ça les vacances, depuis les congés payés. Le grand nombre doit profiter d'un repos bien mérité. Après tout, pourquoi pas. Mais en ce qui me concerne, je préfère partir moins longtemps et avoir un peu plus de confort et surtout éviter mes semblables que je côtoie toute l'année. Est-ce ma misanthropie ou mon côté ermite qui parle ? Sans doute les deux à la fois.

Allez! Après ces propos amers, je souhaite malgré tout, à ceux qui prennent un peu de repos cet été, de bonnes vacances, quelque soit le lieu qu'ils choisiront.

5 commentaires:

  1. Sur la plage du Tréport, le 20 juillet, il n'y avait personne.
    Et le soleil bronzait quand même.
    Mais allez expliquer ça au commun des mortels...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la côte fleurie aussi, les commerçants se plaignent. Il y a moins de monde que les années précédentes. Les gens ont moins d'argent dans leur escarcelle.
      La rentrée pourrait être chaude.

      Supprimer
  2. Dans le sud-est, j'en sais rien...
    S'il m'arrivait d'aller à la plage cette année, ce serait au crépuscule ou de nuit ; justement pour éviter les "lézard" enduis de crème et le soleil si chaud, et même ces humains qui aiment tant la promiscuité...
    Mes vacances ? En hiver certainement, au "pays du soleil levant"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'habite à 35 km de la mer et n'y vais presque jamais. Comme vous je n'aime guère la promiscuité. Alors, je profite d'y aller hors saison, pour respirer l'air marin.
      Ah, "le pays du soleil levant". Quelle chance vous avez d'y aller. Je le ferais peut-être dans une autre vie.

      Supprimer
    2. Ce n'est pas une chance d'aller au pays du soleil levant... C'est toute une préparation, une volonté, un objectif... Il n'y a pas de chance dans ce projet, qu'il soit pour les vacances ou autre...
      ;-)

      Supprimer

Des mots doux, d'autres amers. Pourquoi pas. L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !

imprimer